www.aromtao.fr
Artisan de l'Epanouissement de l'Etre

bioénergétique

Aromatique

aromathérapie

Vibratoire

médecine

Chinoise

Dispensées

formations

Extrait SAPIENS
Bioénergétique dentaire

15/09/2021

La dent organe extraordinaire et zone de latence

La Bioénergétique Aromatique application dentaire, associe médecine classique chinoise et aromathérapie vibratoire pour interpréter ce que les dents disent de la personne. Ce concept est une technique à part entière qui utilise la dent comme porte d’entrée énergétique afin de la relier, selon un protocole de soin précis, avec les points de méridien qui lui correspondent. La dent est capable de recevoir l’information fréquentielle pour la véhiculer à travers le circuit énergétique auquel elle est reliée. La bouche contient donc 32 portes énergétiques.

Didier Debar - bioénergéticien, aromathérapeute, créateur de la technique Bioénergétique Aromatique.

« 35 années de parcours, à la fois professionnel et personnel ont édifié notre concept étendu à l’application dentaire. Nous avons avec le Dr Michel Arteil développé une méthodologie de soin centrée sur « la dynamique de la structure énergétique humaine à partir de la dent et de son milieu. »

Michel Arteil - docteur en chirurgie dentaire depuis 1975 à Toulouse spécialisé en dentisterie holistique pour soigner la dent en fonction de la globalité corporelle et psycho-émotionnelle humaine. Membre fondateur de l’association ODENTH, Odontologie Energétique et Thérapeutique qui prône l’utilisation des médecines naturelles dans l’exercice quotidien de la dentisterie. « L’évolution de la santé bucco-dentaire, comme des soins qui l’accompagnent, nous oblige à progresser dans la compréhension des problèmes manifestés au niveau des dents et de la sphère buccale. L’objectif étant d’orienter les traitements en tenant compte de l’histoire et du mode de vie de la personne. Le traitement personnalisé pallie les conséquences répercutées sur l’équilibre général physique et psycho-émotionnel. »

1 - Le concept

La Bioénergétique Dentaire est une technique énergétique qui prend ses racines dans la tradition taoïste. Elle considère l’homme comme évoluant entre ciel et sol. Les principes de la tradition taoïste permettent la lecture des problématiques par analogie entre les symboles et la réalité existentielle et spirituelle humaine. Soit en définissant l’homme comme un microcosme reflet du macrocosme. Les huiles essentielles, quintessence des plantes aromatiques, sont ancestralement produites sur tous les continents et utilisées pour leurs vertus curatives en raison de leurs particularités moléculaires, et leurs qualités olfactives contribuent à apaiser et élever l’esprit. Les « huiles soin aromatique », synergie d’huile végétale et d’huiles apportent une double information : énergie et matière. L’application de l’huile sur la dent en souffrance qui sert d’antenne et de porte de sortie à un déséquilibre général, et du point de méridien qui cohérence vibratoire, génère des liens bienfaisants pour tout le corps.

2 - Les repères historiques

La médecine dentaire est introduite en France comme discipline médicale indépendante sous Louis XIV avec la promulgation de l'édit « Expert pour les dents » pour définir le nouveau corps de métier « chirurgien-dentiste ». En 1771 la discipline « odontologie » du grec « odonte » désigne la connaissance de la dent en tant qu’organe et « logie » le discours. Dès lors, l’odontologie considère la dent comme une sphère à étudier. A cette époque Pierre Fauchard (1678–1761) qui exerce comme chirurgien-dentiste à Angers, pose les bases de la médecine dentaire « moderne » qui concerne la dent comme une unité isolée de la globalité corporelle. Jusque-là les barbiers avaient le pouvoir d’extraire les dents ! En 1723 son livre « Le Chirurgien-Dentiste ou Traité des dents » décrit les bases de l'anatomie et du fonctionnement de la dent, ainsi que des procédés chirurgicaux, conservatoires et prothétiques. Il rejette l’idée populaire « du ver de la dent » comme étant la cause de la dent « gâtée ». Il recommande le plomb, l'étain ou l'or pour le « plombage » des dents cariées. En Chine, les textes de la période Ming (1368 à 1644) mentionnent, sous forme de recette, l’alliage destiné à l’obstruction des caries : « 100 parties de mercure, 45 d’argent et 900 de zinc à mélanger dans un pot de fer ». Formule populairement évoquée et nommée « pâte d’argent ». Pour l’hygiène Pierre Fauchard recommande l’usage des brosses à dents en soie de porc présentes en Chine depuis la dynastie Tang (619-907) et rapportées en France vers le xvie siècle. 1850, la galénique propose la première pâte dentifrice à base de glycérine. C’est en 1938 que la brosse à dents actuelle est fabriquée en matière nouvelle « nylon » par une entreprise américaine.

Vers la fin du xviie siècle, 1685, plusieurs travaux exposent les conséquences sanitaires dues aux transplantations dentaires pratiquées de manière aléatoire et commerciale car la bouche commence à devenir un critère de beauté. En 1789, le français Nicolas Dubois de Chémant dépose un brevet pour des prothèses dentaires d’aspect naturel en matière porcelaine. La guérison des dents transplantées sera étudiée histologiquement dans les années 1930 par Heinrich Hammer (1891–1972). Il indique de préserver entièrement le desmodonte ou ligament parodontal. Ce tissu conjonctif dense qui entoure la racine dentaire doit être sain avant l’implantation et ne pas être pollué par la suite afin que le tissu osseux puisse assurer son auto-régénération.

D’autres problèmes concernent le parodonte, au départ nommés la maladie de Riggs du nom du praticien qui fut le premier spécialiste des affections parodontales. Il en détermine les causes et s’oppose à la résection des gencives. Il prône l’élimination de la plaque dentaire et l’hygiène buccale pour prévenir l’inflammation des gencives finalement appelée parodontite. Pour la bioénergétique dentaire, et toujours à la lumière des textes de la tradition médicale chinoise, la gencive est reliée à l’Elément Terre. La Terre correspond au méridien Rate/Estomac, la Rate produit le sang et irrigue tous les tissus. Si le sang est impur, les tissus seront en moins bonne santé et donc énergétiquement faibles pour assurer l’auto-régénération dont le vivant est capable.

En 1899 Edward H. Angle, américain, expose ses travaux sur les diverses formes de malocclusion. Ses indications n’expriment pas une généralité mais définissent une règle d’harmonie adaptée aux patients qui le consultent : « (...) dans le diagnostic des malocclusions, nous devons considérer, premièrement la relation mésio-distale entre les arcs dentaires et les maxillaires comme indiquée par la relation entre la première molaire inférieure et celle du haut (les clés de l’occlusion) et deuxièmement, les positions de chaque dent… (Angle 1907). L’évolution multifactorielle du microcosme buccal et du rôle des dents a donné naissance à l’orthodontie... Toujours par analogie avec les principes de la médecine chinoise, la mâchoire haute symbolise le ciel dans l’homme ou son psychisme et la mâchoire basse concerne la terre de l’homme ou sa constitution. La terre de l’homme, ou son terrain, concerne aussi bien les critères émanant de sa généalogie que les conséquences provenant du mode de vie ou des accidents de sa vie. Les problèmes du développement dentaire expliquent une part de la vie de la personne.

Copyright Well-Edis

3 - Les liens énergétiques entre dent, bouche et organe

Ce rapide tour d’horizon montre la considération et l’évolution de l’attention portée à la complexité des affections dentaire. Aussi, pour aller plus loin et rattacher la dent à son contexte nous nous attardons pour les raisons qui servent la suite de notre exposé, sur la définition de la « stomatologie » formée à partir du grec ancien « stoma » qui désigne cette fois la bouche comme contenant des dents. Un siècle est passé depuis l’apparition de la définition odontologie pour désigner la dent comme unité isolée, et c’est le Dr Edmond Andrieu qui en 1868 place l’état de la dent en relation avec la santé de la bouche et en décrit les détails dans son « Traité complet de stomatologie ». Cette avancée mène aux maladies de la bouche, de l’appareil dentaire et de ses annexes. Dans les années 1950 l’élargissement de ces connaissances et des pratiques associées ouvre la voie à la chirurgie maxillo-faciale. Ce qui nous amène à présenter dans le cadre de notre « discours » un éminent stomatologue qui en son temps a travaillé pour l’essor de la médecine traditionnelle chinoise en France, le Dr Jacques-André Lavier. Diplômé de l’École de Chirurgie Dentaire et de Stomatologie de Paris, puis chef de clinique en physiothérapie, sa ferveur pour la médecine traditionnelle chinoise qui soigne l’homme en fonction de son évolution entre ciel et sol, l’amène à devenir médecin de l'hôpital d'acupuncture de Taipei. Sinologue, il s’impose dans l’interprétation et la mise en œuvre des textes de la tradition médicale chinoise. Son livre « Médecine chinoise médecine totale » paru en 1973 reste un incontournable pour le chercheur avéré. La quête des richesses offertes par la tradition taoïste est complétée par l’enseignement de Jeffrey C. Yuen, prêtre taoïste, chercheur, praticien et enseignant pour la restauration des racines spirituelles de la médecine chinoise. Un point important pour la Bioénergétique Aromatique c’est qu’il préconise l'utilisation thérapeutique des huiles essentielles sur les points de méridiens. Ainsi nous constatons que la convergence entre tradition et modernité est réelle, cependant il revient au chercheur de trouver le pont. Toujours dans les années 1950, de nombreuses associations se forment pour approfondir et partager les connaissances autour du phénomène dentaire. Deux médecins allemands Dr Voll et Werner mesurent la résistance et la conductibilité électrique de la peau et montrent qu’il existe une relation entre le potentiel électrique des points d’acupuncture et l’état sanitaire et fonctionnel des organes internes. Par cette méthode cette équipe établit un diagramme qui montre le lien énergétique entre les dents, les points des 12 méridiens primaires et les organes qui s’y rapportent. C’est à partir de ces travaux que la Bioénergétique Aromatique application dentaire réalise le schéma dentaire ci-après qui sert de référence pour le protocole de lecture des cohérences énergétiques entre la dent et les points des 12 méridiens primaires. La couleur de la dent indique avec quel Elément elle est en relation.

Les incisives – 11 et 12 – 21 et 22 – 31 et 32 – 41 et 42 - permettent la désocclusion des autres dents lors des mouvements de mastication, les protégeant ainsi de forces excessives et non physiologiques. Elles sont en relation avec les méridiens Rein/Vessie qui nourrissent l’ossature et la structure. Le méridien Rein porte aussi la mémoire de l’hérédité familiale et de la projection personnelle. De fait elles correspondent à la généalogie et à l’inconscient. La couleur est bleue en raison de la correspondance avec l’Elément Eau qui concentre le mouvement pour générer en profondeur une transmutation. Leur rôle est de couper, et par analogie couper au sens de se départir du poids de l’histoire familiale parfois lourde. Ne dit-on pas « mordre la vie à pleine dent ? ». 

Les canines – 13 – 23 – 33 – 43 sont le guide sensoriel de l’occlusion elle servent à déchiqueter. Leur rôle est également important dans la coordination musculaire qui assure le mouvement fermeture mandibulaire en occlusion centrée. En l’absence de canine, ce sont les versants internes des prémolaires qui prennent le relais, ce qui entraîne des troubles dysfonctionnels. Elles sont en relation avec les méridiens Foie/Vésicule Biliaire qui thésaurisent l’inconscient collectif, et la décision personnelle en fonction des mémoires. Le vert est la couleur de l’Elément Bois initiateur d’un mouvement. Ce sont les dents les plus longues. On pourrait les comparer à des piliers.

Les prémolaires – 14 et 15 – 24 et 25 – 34 et 35 – 44 et 45 - assoient la partie postérieure de la bouche, elles sont dotées de protubérances sur leur surface pour servir la mastication et le broyage des aliments. Elles témoignent de l’assise de la personnalité face à l’existence. Par la mastication, ces dents exercent une fonction d’appropriation des aliments pour en extraire l’énergie et la transmettre au corps. Ces dents participent aussi à l'esthétique du visage car elles remplissent les joues. Nous remarquons ici que ces 8 dents associent entre elles deux couleurs violet et jaune. Pour les premières, violet en haut pour l’énergie Métal et jaune en bas pour l’énergie Terre. Les prémolaires de la mâchoire supérieure sont en relation avec l’énergie des méridiens Poumon/Gros Intestin qui recèlent la conscience individuelle et la communication de l’énergie par la transformation alchimique des choses. Elles sont liées à l’énergie de l’Elément Métal qui préserve l’intégrité et la fonction respiratoire pour l’inspiration et l’expiration. Le Métal représente aussi l’immunité au sens physiologique et psycho-émotionnel pour la préservation du « soi ». Les prémolaires correspondent à un passage entre le vu, les dents antérieures, et le caché, les molaires. Les prémolaires de la mâchoire inférieure sont en relation avec l’énergie des méridiens Rate/Estomac pour la mise en œuvre des métabolismes de tous les fluides du corps via le processus de transformation et de séparation qui s’opère dans l’Estomac. Nous comprenons la symbolique énergétique profondément spirituelle qui se joue à travers le rôle des prémolaires et les organes correspondants qui assurent les grandes fonctions corporelles rythmiques. Respirer et expirer l’air lié du ciel, et absorber, transformer, assimiler les nourritures de la terre. Elles ont un rôle de guide dans l’occlusion, elles permettent la glissade vers l’avant. Ce mouvement correspond à la propulsion du Soi, et par conséquent à l’interaction, au langage et à la communication.

Les 1ère et 2ème molaires – 16 et 17 – 26 et 27 – 36 et 37 – 46 et 47 soutiennent la mastication et l’équilibre de l’occlusion. Nous avons précédemment évoqué l’analogie entre ciel et sol, qui se retrouve symboliquement dans l’anatomie de l’occlusion, mâchoire haute-ciel ou le maxillaire et mâchoire basse-sol ou la mandibule. Nous retrouvons sur les molaires le croisement des mêmes méridiens associés aux prémolaires entre Rate/Estomac, haut, et Poumon/Gros Intestin, bas de la mâchoire. Puis inversement énergétique. L’Elément Terre dans la loi des 5 Eléments occupe la place du centre par lequel les 4 autres Eléments passent pour se réaliser. La Terre c’est le mental lumineux, porteur de richesses au sens construction de soi-même. Et nous avons sur les molaires du bas Poumon/Gros Intestin, le Métal violet qui rejette ce qui doit l’être afin de garder ce qui construit. En somme les huit molaires relient les deux axes verticalité et horizontalité pour une communication harmonieuse. Nous précisons que leur relation à la psychologie est différente. Les dents 6, 1ème molaires, se mettent en place vers la 12ème année. Elles marquent l’émergence de la définition du « je » identitaire « je suis », et de ce fait elles en détiennent le secret qui se dévoilera au cours de l’existence. Elles correspondent aussi à la maturité sexuelle qu’il faut comprendre physiologiquement comme la période de la puberté, mais l’analogie certaine est la polarité comme critère définissant un ensemble de caractéristiques personnelles qui sont en lien avec la position du « je » comme étant l’orientation ou l’axe identitaire. Les 2ère molaires, les dents 7 servent la mastication et le broyage, elles ont un rôle important pour la digestion de l’alimentation. La digestion est à comprendre ici comme « digérer les choses de l’existence » elles sont donc prédisposées aux caries. La carie est à comprendre comme un moyen d’expulsion de ce qui dérange l’existence pour être soi. Les dents 7 sont garantes de la dimension verticale postérieure, au sens physiologique. Sur le plan psychologique ce sera prendre du recul afin de confirmer la position du « je » en tant que personne unique.

Les 3ème molaire ou dents de sagesse –18 – 28 – 38 – 48 de nature plus dure que les autres dents, elles consolident l’appui des deux mâchoires. Pourtant, l’évolution humaine et les habitudes de vie font que ces dents ont des difficultés à trouver leur place dans une bouche devenue plus étroite ou parce que les besoins de mastiquer ont été réduits. Dans tous les cas l’appellation « sagesse » leur reste attribuée et encore une fois l’analogie avec la tradition taoïste nous oriente. Leur couleur est rouge, comme l’empereur qui possède le feu de l’esprit pour élever le point de vue et donc renforcer l’équilibre entre haut et bas ou ciel et sol. Le feu du cœur ouvre l’énergie de la langue. Les dents de sagesse sont en lien avec le méridien Cœur. Le Cœur occupe la place centrale. L’Intestin Grêle qui lui est associé est chargé de trier les choses sur le plan physique et psycho-émotionnel. Aux dents de la place 8 pourrait succéder une place 9 correspondant à un rôle énergétique de parvenir à faire la part des choses en raison de la reliance méridien Intestin Grêle qui est chargé d’éliminer le trop de feu sous toutes ses formes.

La place de l’Articulation Temporo Mandibulaire qui peut être associée au chiffre 9, chiffre de l’humanité, termine le commentaire de notre schéma. Associé à la couleur indigo et deux méridiens qui ne sont pas liés à un organe mais à une distribution énergétique. Le couple Triple Réchauffeur/Maître Cœur harmonise la relation entre le Feu et l’Eau ou le Cœur et les Reins. Cette articulation représente le lien entre les deux hérédités cosmique et terrestre. Ce minuscule centre articulaire assure pour l’entièreté corporelle l’amplitude du mouvement entre verticalité et horizontalité.

4 - La somatotopie ou la relation entre souffrance de la dent et organe à distance

L’existence de cette relation entre la dent et l’organe est mise en évidence en 1976 par le Dr Jean Orsatelli de l’Université de Marseille. Il nomme l’influence de la souffrance de la dent et ses répercussions sur le corps « somatotopie ». Sa démonstration provient de ses comparaisons cliniques établies pendant son exercice comme dentiste conseil de la Sécurité Sociale. Il rédige une somme de notations à partir de la lecture des dossiers de ses patients pour arriver au constat d’un rapprochement entre les affections dentaires et les pathologies organiques dont souffrent les personnes. Il expose ce sujet dans sa thèse troisième cycle, 1976 « De l’identification de groupes réactionnels interdentaires et de quelques applications en thérapeutique médicale ». A la suite de ses mises en évidence, qui restent d’actualité, plusieurs dentistes ouvrent une voie de travail pour considérer et traiter les problèmes dentaires de manière holistique. Puis naît le concept de « loge dentaire », la dent, l’os alvéolaire et le ligament forment un ensemble énergétique qui influence la globalité corporelle. L’équilibre buccal est maintenant reconnu pour intégrer les qualités respiratoires, digestives, l’hygiène, la position de la langue, l’aisance de mobilité mandibulaire… Ce qui signifie mettre en œuvre des traitements par rapport à la santé globale et la vie de la personne.

5 - La dent mémoire de nos origines expriment les souffrances du corps

Les connaissances que nous avons jusqu’à ce jour en embryologie nous fournissent quelques explications logiques pour montrer comment se construit dans le corps la relation dents/organes. Le Dr Nicolas Stelling, déclare en 2015 : « vers le 25e jour de la période fœtale se produit une bascule de la partie céphalique de l’embryon avec une invagination de l’ectoderme formant une bouche primitive, entre le bourgeon frontal et le premier arc branchial. Puis les bourgeons dentaires se développent par une seconde invagination du tissu ectodermique selon le calendrier génétique. Dans le même mouvement, au fond du plafond du stomodeum, un bourgeon analogue se formera et migrera en direction du crâne, dans la future zone hypothalamo-hypophysaire, donnant l’hypophyse antérieure. On prendra ici conscience que cet élément majeur de l’appareil endocrinien a la même origine embryonnaire que les dents ! » Nous pouvons dire par analogie que la dent fonctionne comme un émetteur/récepteur et l’énergie qui s’y rattache montre la relation entre dent et organe à distance, mais aussi les glandes endocrines, voir le livre du Dr Michel Arteil « Vos dents et vos hormones communiquent », les articulations, les organes sensoriels, les vertèbres. Ainsi toute déstabilisation en bouche génère un champ perturbateur pour l’équilibre général. Les praticiens en dentisterie énergétique nomment ces phénomènes : « épines irritatives ». Ces épines génèrent un champ vibratoire qui perturbe la personne de manière lancinante. Le champ s’étend et finit par entrainer des dérèglements sur les organes correspondants. La somatotopie se met en place. Ces épines irritatives peuvent expliquer nombres de douleurs aux articulations, terrain acide et autres dérèglements plus ou moins identifiés… Et nous rajoutons que les matériaux présents ou posés en bouche peuvent être toxiques pour le milieu buccal et donc pour la santé globale car tout ce qui est posé en bouche devrait être préalablement considéré en fonction de sa cohérence, ou pas, avec les besoins de la personne. Par conséquent chaque dent étant en résonance énergétique avec le reste du corps on comprendra plus aisément qu’une intervention, quel que soit le soin dentaire, puisse dans certains cas perturber l’ensemble. Chez l’humain la musculature oro-faciale participe à la manifestation des émotions, lorsque la joie est là, le sourire détend les muscles de sa face, si la contrariété prend place le visage se contracte. Ainsi toutes les formes de souffrance en lien avec le milieu buccal auront une incidence importante sur les traits du visage.

6 - Tradition médicale chinoise, dents et organes

Le Huangdi Nei Jing ou Classique interne de l'empereur Jaune est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle. Il se divise en deux parties : le Su Wen et le Ling Shu.

Le chapitre 71 du Ling Shu, dialogue symbolique entre un Maître de la Médecine Chinoise et l’Empereur Jaune a retenu notre attention. L’Empereur pose la question suivante :

« Comment les parties du corps correspondent aux phénomènes du Ciel et de la Terre ? »

Réponse :

Le Ciel est rond, la Terre est carrée, la tête de l’homme est ronde

et ses pieds sont rectangulaires pour y correspondre.
Le Ciel a le soleil et la lune ; l’homme a les deux yeux.
Le Ciel a quatre saisons ; l’homme a quatre membres.

Le Ciel a le Yin et le Yang ; il y a l’homme et la femme.
Le Ciel a le jour et la nuit ; l’homme a la veille et le sommeil.

Le Ciel a des constellations ; l’homme a la dentition.

La lecture du Ling Shu nous montre que l’humain dans sa constitution et même dans sa projection est à l’image du Tout et en fait partie intégrante. Cette phrase « Le Ciel a des constellations ; l’homme a la dentition » définit les perspectives de la Bioénergétique Aromatique dentaire qui replace la dent en son centre et ouvre les perspectives de son rayonnement. Découvrir ou redécouvrir que les dents ne sont pas isolées du reste du corps nous enseigne à les considérer comme un véritable microcosme en lien avec le macrocosme corporel. Par la référence au Ciel et aux constellations, nous entendons qu’il ne peut pas y avoir de Ciel sans Terre, ou encore que le rôle de l’Homme sur Terre en relation avec les constellations exprime une partie du Ciel. Aussi de la correspondance qui existe entre les deux naît l’analogie entre le plan physique et le plan psychique de l’humain, correspondance qui ne saurait exister sans le plan émotionnel qui les relie et permet le passage de l’un à l’autre. Les médecines traditionnelles ont toujours donné la priorité à l’invisible pour chercher à rétablir cette réalité : atteindre l’invisible pour améliorer le visible. Aujourd’hui ce but est qualifié de quantique ou « champ de tous les possibles », car la physique quantique montre que la lumière est à la fois ondulatoire et corpusculaire et que toute réalité est interdépendante de la conscience humaine. En s’approchant de la réalité vibratoire de la personne le praticien aborde avec elle l’aspect non matérialisé de la problématique qui sous-tend son mal être qu’il soit physique, mental ou émotionnel et qui est la racine de son trouble.

7 - Identification de la problématique dentaire par analogie avec les principes de la tradition médicale taoïste.

La Bioénergétique Dentaire permet d’aborder les problématiques qui concernent la bouche et des dents en vertu des deux modalités qui participent à l’équilibre du milieu buccal et dentaire : le biologique et l’énergétique. Son but est triple. Partant de la dent, le protocole permet d’aborder la dimension vibratoire du sujet et sa problématique, de trouver la cohérence vibratoire entre la dent, le point de méridien et l’huile aromatique, et enfin d’interpréter le problème par analogie avec les symboles universels. Le praticien agit sur la stimulation des défenses innées et cherche à identifier les raisons psycho-émotionnelles qui génèrent l’attaque des tissus ou de la dent. Les traitements favorisent l’auto-régulation du trajet énergétique qui relie l’organe avec la dent. Prenons l’exemple du traitement de la parodontite abordée comme une infection multifactorielle. Le traitement conventionnel cherche à éradiquer la prolifération bactérienne. La Bioénergétique Dentaire, prend en compte le facteur feu toxique présent en bouche et cherche quelle est la relation avec les 5 Eléments. Au lieu d’isoler le problème, il s’inclue dans fonctionnement global du corps en partant de l’état de la Terre qui représente la gencive, le socle lié au méridien Rate/Estomac et par la fonction Rein/Vessie pour la relation avec l’os, et encore Poumon/Gros Intestin pour traiter l’aspect immunitaire dont la parodontite est une conséquence. Par bio résonance, l’information donnée à la dent avec l’huile soin aromatique qui est une synergie d’huiles essentielles sur base d’huile végétale, contribue à l’assainissement du milieu buccal, et harmonise les énergies interactives entre la dent et le trajet énergétique en cohérence. Le vecteur d’information fréquentielle ainsi créé permet au praticien de travailler à l’équilibre énergétique des 3 plans qui constituent tout individu : l’organique, l’émotionnel, le psychisme. Si vous nous avez suivis jusque-là vous êtes prêts à nous interroger : quels sont vos arguments pour étayer un tel objectif dans les soins dentaires ? L’approche de la dynamique cellulaire donne déjà quelques réponses concernant l’information lumière porteuse de vie, car la matière vivante obéit de manière ordonnée aux règles de l'infiniment petit. Par exemple les récepteurs olfactifs sont capables de sélectionner et d’acheminer les électrons émanant des molécules odorantes jusqu’au cerveau qui les traite selon sa logique de discrimination. Quand les membranes cellulaires vibrent suffisamment pour s’attirer, elles créent un ordre le plus cohérent possible, qui active la régénération cellulaire. Les chercheurs Prigogine et de POPP ont mis en évidence le fait que la cellule émet un rayonnement ultra-faible capable de détecter une substance à la vitesse de la lumière. Ils démontrent que l’énergie, une fois propagée sur l’ensemble d’un système ne revient pas, par le repos, à son état initial, mais se stabilise en raison de sa « consommation » d'énergie provenant de l’information cohérente reçue. Toute information cohérente, comme l’est l’application de l’huile aromatique, sur un trajet énergétique précisément identifié génère une onde vibratoire porteuse d’équilibre pour tout le circuit énergétique. Partant de là, tout acte qui entre en relation avec la dent émet une fréquence qui, selon le niveau d’acceptation du milieu buccal, génère une certaine énergie qui pourra modifier le tissu et induire un déséquilibre du milieu interne.

8 - Les dents mémoire des origines, analogie Ciel / Sol

En raison de leur structure cristalline les dents contiennent les mémoires du corps. Les dents permanentes sont le reflet des actions, des carences, des perturbations. Par conséquent elles sont le lieu privilégié pour l’enregistrement des stress. En médecine chinoise ces mémoires plus ou moins anciennes, logées dans le conscient ou l’inconscient sont appelées « latence ». La mise en latence correspond aux tentatives du corps pour maintenir le processus progressif pathologique en sommeil. Prendre conscience que les dents vibrent à l’unisson du corps oblige à tenir compte de la notion d’énergie qui anime le vivant, sans oublier que l’individu est totalement dépendant des rythmes de l’univers. Les dents sont liées à la structure osseuse. Elles sont en cohérence avec le niveau énergétique symbolisant le terrain, l’énergie constitutionnelle et ancestrale de l’individu. C’est à ce niveau que réside le potentiel global de l’Être, lequel a souvent des difficultés à s’affirmer. C’est en raison de ces liens que la souffrance de la dent peut aussi exprimer cette impossibilité du sujet à vivre sa réalité, et donc concentrer la problématique sous une forme ou sous une autre. La dent a la particularité de fonctionner comme une sorte de « disque dur » qui sert de contenant aux mémoires du microcosme humain. Approcher la bioénergétique aromatique application dentaire d’après les principes de la tradition nous place dans une pratique de soin respectueuse de tous les rythmes et nous éclaire pour impulser le processus de guérison propre à chacun. L’humain fonctionne comme un laboratoire qui s’exprime par la logique de la vie qui le construit et qui l’anime.

Pour en savoir plus : Médecine Classique Chinoise et Aromathérapie Vibratoire, éditions Chariot d’Or, Piktos, 2019

Et Santé et AVENIR n° 1 Avril 2021, Médecine classique chinoise et Aromathérapie vibratoire,

Cycle de formations 

Cliquez ici pour lire l'article

Ce site utilise des cookies permettant de visualiser des contenus, d'afficher des flux d'informations provenant des réseaux sociaux et d'améliorer le fonctionnement grâce aux statistiques de navigation. Si vous cliquez sur « Accepter », nous déposerons des cookies sur votre terminal lors de votre navigation. Si vous cliquez sur « Refuser », ces cookies ne seront pas déposés. Votre choix est conservé pendant 6 mois et vous pouvez être informé et modifier vos préférences à tout moment sur la page « Gérer les cookies ».
Gérer les cookies